Info magazine | février 2004


MERCREDI 25 février, le groupe Olen'k, basé à Limoges, sortira son premier « long » CD, « Silently noisy ». Un événement pour tous leurs fans, déjà nombreux, le moment où jamais pour les autres de découvrir cette musique.
Noire symphonie
Par rapport à leur premier CD quatre titres, « Half asleep » (2002), «Silently noisy » se révèle plus abouti dès la première écoute. La dimension quasi-orchestrale des compositions a su gagner en puissance. Avec plus de moyens techniques, elle serait symphonique.
De la cold-wave au gothique en passant par le trip-hop, la dark-pop, voire le darkfolk, Olen'k s'applique à explorer plusieurs genre de front. Une volonté d'éclectisme louable…
« Silently noisy » dégage une impression d'unité d'ambiances, toujours proche d'une sombre mélancolie, frôlant l'ambient, parfois, avec des touches de ritual.
Black magie
La voix féminine, omniprésente, créé un envoûtement hypnotique, évoquant par instants le chant plaintif de Collection d'Arnell Andréa… « Silently noisy » devrait séduire un large public, amateur des replis sombres de l'indus, par une subtile parenté avec des formations comme The Moon Lay Hidden Beneath A Cloud, In Slaughter Native, Raison d'Être. Une fois la première exploration terminée, ce CD a une magique tendance à revenir sur la platine, révélant ses richesses à chaque nouvelle écoute.
Dark Cristal
Enfin, ce disque contient un cristal noir, le Onzième Arcane, « Silencio », opus funèbre aux méandres d'orage peuplé de polyphonies sépulcrales. Là, Olen'k joue dans la cour des grands, côtoyant le désespoir glacial du Kirlian Camera de « Schmerz » comme la froideur martiale du Camerata Mediolanense de « Musica Reservata ».
Avec « Silently noisy » Olen'k se révèle comme une nova de la musique progressive actuelle. Une Nova de Ténèbres capable de vous aspirer dans son vortex pour ne plus jamais vous permettre de vous évader de ses Abymes.
KENWAG.